Non classifié(e) no image

Published on 4 mars, 2020

0

Une page d’histoire pour souligner la Journée internationale des femmes

Par Virginia Martin

Un photo d'Isabel Richard, présidente fondatrice de l’Association canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Puisque presque toutes les premières personnes à pratiquer nos professions au Canada étaient des femmes, la culture qui entoure les femmes sur le marché du travail a eu une influence sur nos professions.

Une influence concrète évidente a été le changement des noms et des titres de civilité utilisés dans les journaux pour désigner les premières orthophonistes. Ce contraste est illustré dans deux articles de journaux du début des années 1960, publiés à un an d’intervalle et faisant référence aux élections de l’Association des orthophonistes et des audiologistes du Manitoba.

Dans un article publié dans un journal de Winnipeg le 29 mai 1961, on mentionne que « Mme George Murphy a été élue président*… Vice-président : Mme Albert Brady; … Marian Mills, trésorier. L’association a récemment été constituée par une loi de la législature du Manitoba et représente 16 orthophonistes qui exercent au Manitoba. »

Une année plus tard, dans un article du 26 mai 1962, on pouvait lire ceci : « Mme Idell Brady a été élue président de l’Association des orthophonistes et des audiologistes du Manitoba au cours du déjeuner annuel… Parmi les autres représentantes, on trouve Mme Angela Murphy, ancien président, Mlle Mills, trésorier. »

Toutes ces femmes étaient membres agréées de l’Association canadienne d’orthophonie et d’audiologie (maintenant OAC). Angela et Marian ont joué un rôle actif au sein de l’association nationale au cours de leur carrière, de même qu’auprès de leur association provinciale.

Note de l’auteure : Les coupures de journaux et la photo d’Isabel Richard, présidente fondatrice de l’Association canadienne d’orthophonie et d’audiologie, proviennent des archives de l’Association des orthophonistes et des audiologistes du Manitoba.

* Les francophones ont dû attendre les années 1970 pour utiliser certains titres de postes au féminin, comme ceux de présidente ou de trésorière.




Back to Top ↑