Non classifié(e)

Published on 6 mai, 2019

0

Regard sur la profession : orthophonistes en milieu scolaire (Sandy)

Le rôle d’un orthophoniste en milieu scolaire comporte de nombreux aspects et varie d’une école à l’autre. Cependant, tout le monde s’entend sur un point : les élèves profitent des bienfaits des services d’orthophonie!

Les orthophonistes travaillent avec les élèves pour les amener à réaliser leur potentiel en matière de communication. En retour, cela aide les élèves à réussir pendant leur parcours, que ce soit en se faisant des amis, en faisant leurs devoirs ou en s’épanouissant.

Afin de mieux connaître le travail des orthophonistes en milieu scolaire, nous avons demandé à certains de nos membres de nous faire part de leur expérience en milieu scolaire.

Aujourd’hui, nous recevons le témoignage de Sandy Crowley.

Pour accéder à tous les articles de cette série, veuillez cliquer ici.

Décrivez votre milieu de travail.

Je travaille dans sept écoles publiques réparties dans toute la région du Labrador, dans la province de Terre-Neuve-et-Labrador. Les Labradoriens nomment affectueusement cette région géographique « La Grand’Terre » en raison de son immensité. Les écoles où je fournis mes services sont très éloignées les unes des autres et peuvent se trouver aussi près qu’à 1 km de mon bureau principal ou aussi loin qu’à 1 000 km.

Auprès de combien d’élèves environ travaillez-vous au cours d’une année scolaire?

Je fournis des services d’évaluation et d’intervention à des élèves de la maternelle jusqu’à la 12e année. Les services d’intervention peuvent être directs ou indirects, selon les besoins. Le nombre d’élèves auprès desquels je travaille au cours d’une année varie en fonction du type de service.

Pouvez-vous nous parler d’un aspect de votre poste qui est particulier?

Ce qu’il y a de particulier dans mon poste, c’est que je dois me rendre dans certaines écoles en avion et séjourner à cet endroit toute la semaine. En hiver, quelqu’un vient me chercher à la piste d’atterrissage avec une motoneige munie d’un traîneau (Komatik) et me conduit jusqu’à l’école. À l’automne et au printemps, je peux être accueillie par une personne qui conduit un quad (véhicule tout-terrain). Selon l’endroit où se situe la communauté, il faut parfois plus d’une journée pour faire le trajet de mon bureau principal jusque-là. Pour cette raison, j’offre aussi des thérapies par le biais des services de télésanté afin d’offrir plus de services directs à mes élèves entre les vols.

À quoi ressemble l’une de vos journées normales?

Mes journées sont très différentes selon l’école où je me trouve ou si j’offre des traitements à distance. Lorsque je suis dans les écoles de mon secteur (la ville où je demeure), je me rends au travail en auto comme tout le monde. Pendant la majeure partie de l’hiver, je dois brancher mon auto à cause du froid extrême et du refroidissement éolien qui peut faire varier la température entre -20 et -55 degrés Celsius. Nous ne laissons pas le temps froid nous empêcher de profiter du plein air. Les élèves ont tout de même l’occasion d’aller dehors pour jouer et pour faire les activités prévues au programme.

J’avais l’habitude d’offrir la thérapie en petits groupes à part, mais notre système scolaire est en train d’adopter un modèle d’enseignement et d’apprentissage réactif à plusieurs niveaux. Cela me permettra de servir des élèves de tous les niveaux, soit la conception universelle (niveau 1), la conception ciblée (niveau 2) et la conception intensive (niveau 3). Un plan triennal est actuellement en place pour que toutes les écoles de la province de Terre-Neuve-et-Labrador suivent ce modèle. Nous en sommes à la première année de mise en œuvre.

Comment votre rôle s’inscrit-il dans la journée d’un élève?

Tous les élèves reçoivent des services adaptés à leurs besoins. Cela peut prendre la forme d’une thérapie en petit groupe dans la salle d’orthophonie, d’une thérapie individuelle par le biais de la télésanté ou d’une thérapie en présence de l’élève et de son enseignant ressource ou de son aide dans centre de ressources ou dans la classe. Je peux aussi être appelée à élaborer des programmes qui seront mis en œuvre par le personnel scolaire approprié à l’école ou par des parents ou des tuteurs à la maison. La thérapie a lieu pendant les jours d’école. Cependant, j’offre des plages horaires après les heures de classe. Les élèves du secondaire sont ceux qui demandent habituellement d’avoir un rendez-vous après l’école, car ils ne veulent manquer aucun de leurs travaux scolaires pendant la journée.

Qu’est-ce qui constitue la meilleure partie de votre travail?

Ce qui me plaît le plus dans mon travail, ce sont les gens que je rencontre. Vivre dans le Nord signifie qu’on n’a pas un accès immédiat à sa famille. Pour cette raison, les collègues et les voisins sont comme une famille. C’est un milieu où il fait bon élever ses enfants et gagner sa vie. Chaque jour peut constituer une aventure. On peut tout autant voir un ours polaire se promener dans la rue où se trouve l’école qu’un renard passer juste à côté de soi. J’ai vécu des choses uniques. J’ai grandi dans le Labrador et ce sera toujours mon chez-moi.

Quelle est l’une des parties les plus difficiles de votre travail?

Ce qui est le plus difficile dans mon travail, c’est de tenter de répondre aux besoins de tous mes élèves à l’intérieur de ce vaste territoire géographique. L’orthophonie s’avère un processus qui varie tellement et qui change si rapidement. Pour aider mes élèves à réaliser tout leur potentiel, j’ai vraiment besoin de temps pour apprendre à les connaître et savoir ce qu’ils souhaitent exprimer.

Point à retenir : Que voulez-vous que les gens sachent à propos de votre travail d’orthophoniste en milieu scolaire?

Que les orthophonistes font beaucoup plus que simplement offrir des thérapies pour « produire des sons et émettre des mots ». Nous favorisons la réalisation du programme scolaire en fournissant une intervention qui permet aux élèves d’acquérir les compétences préalables nécessaires pour s’épanouir dans un environnement linguistique oral. Ces compétences préalables comprennent la conscience phonologique, la capacité de suivre des directives, la capacité de dire aux autres ce qu’ils savent et ce qu’ils ont appris, ainsi que les aptitudes sociales. Ces compétences sont une condition essentielle à la réussite scolaire. J’ai la ferme conviction que nous sommes un élément essentiel de tout système scolaire complet.

Dans le nord du Canada, le rôle d’orthophoniste en milieu scolaire est à la fois difficile et enrichissant. La camaraderie que l’on vit avec le personnel scolaire et les communautés en raison de l’isolement est indescriptible. Alors, si vous êtes en quête d’aventure et que vous aimez les activités hivernales, c’est au Labrador qu’il faut travailler comme orthophoniste.

À propos de Sandy Crowley

Sandy Crowley a grandi à Labrador City, dans le Labrador. Elle a obtenu un baccalauréat en sciences à l’Université Memorial de Terre-Neuve, une maîtrise en sciences et troubles de la communication à la Western Illinois University et une maîtrise en éducation avec spécialisation en troubles du langage et alphabétisation de l’Université Memorial. Elle est orthophoniste en milieu scolaire dans la région du Labrador depuis 19 ans et a acquis un peu d’expérience comme orthophoniste dans le milieu des soins de santé pendant les mois d’été en début de carrière. Elle est actuellement présidente du Speech-Language Pathology Special Interest Council de la Newfoundland and Labrador Teachers’ Association en plus de détenir une certification comme orthophoniste au Canada et aux États-Unis.




Back to Top ↑